À la découverte des grands vins du monde

Etats-Unis

Une véritable culture du vin

Les Etats-Unis seront dans quelques années le premier marché mondial du vin. C’est dire si le vin occupe désormais une place essentielle au pays du coca-cola ! Mais les amateurs ouverts aux vins du monde savent depuis plusieurs décennies que l’on produit outre-atlantique des vins de très haut niveau. Rappelons la mémorable dégustation qui a eu lieu à Paris en 1976 et qui plaça des vins californiens devant le must de la production bordelaise, Mouton-Rothschild et Haut-Brion y compris. En Californie surtout, le vin fait maintenant partie du quotidien et il existe une vraie culture du produit, partagée par des producteurs et des amateurs connaisseurs comme le montre le film récent Sideways. Le « goût américain », longtemps porté sur des vins riches et très mûrs, s’est affiné et on recherche aujourd’hui davantage de finesse et de fraîcheur.

Les régions et les domaines

Napa, « pays de l’abondance » en langue indienne wappo, est situé au nord est de San Francisco. C’est aujourd’hui le nom le plus célèbre de Californie. Si les premières vignes ont été plantées en 1838, c’est Mondavi en 1966 qui donna le coup d’envoi de la transformation d’une petite communauté agricole en une région viticole prestigieuse, riche et prospère. Napa Valley est une vallée étroite de 5 km de large sur plus de 45 km de long, ouverte au sud sur les influences océaniques. Extrêmement complexe d’un point de vue géologique puisque 150 types de sols ont été identifiés, son climat est globalement chaud, plus frais au sud qu’au nord. Spring Mountain et Stags Leap District sont deux des sous-régions (appelées AVA : American Viticultural Area) couvrant, pour la première moins de 400 ha de vignes sur la bordure ouest de Napa, et 485 ha pour la seconde, située à quelques kilomètres au nord de la ville de Napa, CA. Les vignes sont pour la plupart situés en coteaux avec des natures de sols et des expositions très variées. Ces appellations sont connues pour ses vins rouges charnus et puissants.

PINE RIDGE

Sonoma et Napa sont deux régions viticoles importantes de la Californie. Elles sont situées au nord de la baie de San Francisco, séparées l’une de l’autre par la rangée des Mayacamas. Sonoma, où les premières vignes ont été plantées en 1812, est bien plus étendue que Napa et son aire s’ouvre vers l’ouest et l’océan, créant ainsi une série de sous-régions aux meso-climats contrastés. Sonoma offre donc une plus grande diversité de vins que Napa. A l’intérieur de Sonoma County, il existe une douzaine d’AVA différentes, comme Sonoma Valley, Alexander Valley, Russian River Valley, etc. Dry Creek Valley et Alexander Valley, aux meso-climats plus chauds, produisent quelques-uns des meilleurs Zinfandel de la Californie, ainsi que de beaux vins issus de cépages rhodaniens ou italiens.

SEGHESIO FRANCIS FORD COPPOLA WINERY

Avec 11 000 hectares l’Oregon est le quatrième Etat producteur de vin des Etats-Unis. Anecdotique dans les années 1990, sa production est tenue aujourd’hui en haute estime et les plantations continuent de croître à un rythme soutenu. Situé au nord de la Californie, l’Etat jouit d’un climat océanique modéré, influencé par la latitutde mais surtout par les courants frais du Pacifique. Il a su profiter de cette situation pour produire des vins très différents de ceux du grand voisin californien. Willamette Valley est sa principale région de production. Située à l’ouest de la chaîne des Cascades, elle jouit d’étés chauds mais avec une forte amplitude de température diurne. Ces conditions qui permettent une maturation lente des raisins sont idéales pour des cépages de climat modéré dont le pinot noir et le chardonnay, les deux variétés vedettes de la région. Signe du potentiel de l’Oregon, quelques grands noms du vignoble bourguignon s’y sont établis.

ARCHERY SUMMIT

1000 ans d’histoire

L’histoire de la vigne aux Etats-Unis est millénaire et débute de façon plutôt inattendue avec un viking, Leif le Chanceux, qui vers l’an 1000 pose sur le pied sur la côte est des Etats-Unis, dans une région baptisée « Vinland », parsemée de vignes sauvages, si l’on en croît des manuscrits du haut Moyen-Age. En tout cas, 600 ans plus tard, lorsque les européens colonisent l’Amérique du Nord, ils trouvent sur place des variétés de vitis labrusca (vignes sauvages). Au XIX ème siècle, la viticulture est une activité déjà prospère et répandue à travers tout le territoire des Etats-Unis. La Prohibition décrétée en 1920 ruina un secteur en pleine expansion et le pays mit une cinquantaine d’années à s’en remettre. Depuis les années 1970, en Californie surtout, les wineries se sont multipliées, fondées par des propriétaires issus d’horizons multiples, américains ou étrangers. S’il existe une production de masse, il y a aussi et surtout des producteurs très pointus, de taille variable, possédant souvent une expérience internationale et qui offrent des vins véritablement en phase avec une demande locale devenue très exigeante.

La Californie, cœur de la viticulture nord-américaine

Presque tous les Etats produisent du vin mais seule une poignée offre des vins dignes d’intérêt. L’Oregon et Washington, au nord-ouest, sont de ceux-là et profitent d’un climat tempéré pour produire notamment de très bons pinots noirs et chardonnays. Plus au sud, la Californie produit à elle seule près de 90% du vin américain et son vignoble s’étend sur près de 210 000 hectares sur un large secteur qui court du nord au sud de Mendocino à Los Angeles, et à l’intérieur, jusqu’aux contreforts ouest de la Sierra Nevada, à 200 km des côtes. Si le climat est globalement chaud et sec, les situations sont très contrastées en fonction des entrées d’air frais venant du Pacifique. Les meilleurs sites viticoles sont largement ouverts à ces influences maritimes, qui prennent souvent la forme de brumes matinales, à la différence des zones enclavées souvent trop chaudes pour produire des vins de qualité. La pratique de l’assemblage interrégional, donc à large échelle, reste très répandue mais bon nombre des meilleurs vins proviennent de sous-régions spécifiques, comme Napa et Sonoma pour citer les plus connues, et souvent de vignobles et parcelles identifiés.

Une centaine de cépages sont plantés en Californie. En rouge, le cabernet-sauvignon reste de loin le plus populaire, capable de donner des vins simples, souples et fruités, mais aussi les cuvées les plus intenses et recherchées du pays. Assemblé à d’autres cépages bordelais, il prend souvent le nom de Meritage. Derrière, le merlot et le zinfandel sont les plus plantés mais de plus en plus sérieusement concurrencés par le pinot noir et la syrah, très en vogue. En blanc, le chardonnay écrase toujours la production, planté dans l’ensemble de l’Etat. Le style des vins californiens n’est pas réductible même si le climat favorise la production de vins plutôt puissants et mûrs. On trouve certes des cabernet-sauvignons opulents et concentrés mais aussi des pinots noirs intenses et fins, en passant par des zinfandels sauvages et puissants et des chardonnays d’une grande complexité.